Les vacances de Noual… Un mois trop tard.

Salut! Tu croyais peut-être que je t’avais oublié, que je n’étais qu’une aventure, sur ton cœur de pierre une égratignure… Euh… Je m’égare un peu là… Mais non, on est comme de bons vieux amis: on peut ne pas se voir pendant des semaines (dans ce cas-ci deux mois) et, « kepow! », on se retrouve comme si on s’était quitté hier. En plus je vais être tout à fait honnête, je ne crois pas que tu es là en ce moment à attendre mon prochain article. On appelle ça la réalité… Ce qui est important finalement, c’est qu’on se soit retrouvé et laisse moi te dire qu’y s’en est passé des choses entre hier et aujourd’hui!

MINIVILLES_BOX3D

Premièrement j’ai joué pas mal avec la famille pendant le temps des Fêtes et c’était vraiment très sympathique. Surtout jouer avec mon papa et voir qu’il aime particulièrement Minivilles (lien BGG du titre original Machi Koro). Pour rester bref, c’est un jeu d’origine nippone où l’on se crée une petite ville, ce qui devrait te surprendre au point de chercher tes bas sous ton bureau, en achetant des cartes qui représentent différents bâtiments. L’objectif est de générer assez de revenus pour compléter les quatre « monuments », des édifices majeurs que tous les joueurs ont et qui accordent des bonus une fois « débloqués ». Le premier à compléter ses quatre monuments remporte la partie.

C’est un jeu bien intéressant en lui-même, mais soyons honnête, il survivra difficilement à plus d’une dizaine de parties, et probablement moins si tu les joues toutes sur une courte période de temps. En fait on finit par se développer une stratégie « gagnante » et on la reproduit ad nauseam. La bonne nouvelle c’est que l’extension marina remédie précisément à ce problème!! Ce petit paquet de cartes ajoute beaucoup de variabilité au jeu de base et annule complètement l’effet de la stratégie « gagnante » et permet plutôt une mise en valeur de la capacité d’adaptation. En gros je te conseille Minivilles si tu y vois un intérêt, mais je te recommande fortement d’y ajouter marina, si tu veux profité de toute la saveur ludisme japonais.

dobble

J’ai également envie de te parler de Dobble (lien BGG) qui, comme si un démon avait pris possession de son âme pure, est devenue l’obsession ludique no.1 de ma plus jeune (qui a ses 4 ans et demi bien comptés). C’est un jeu hyper simple ou il faut retrouver une image identique sur deux cartes. Une petite boîte avec 55 cartes et 8 images par carte lui a permis d’avoir pas loin d’une centaine de parties. Et je n’inclus pas celles où elle jouait toute seule en attendant qu’un brave ose l’affronter (peut-être qu’elle y jouait contre son démon).

Je sais qu’il existe plusieurs versions du jeu (dobble: enfant, party, Hollywood, etc.) mais je ne m’y suis pas encore essayé, et vu la réaction à la maison, je vais sûrement laisser respirer tout le monde un peu avant de les replonger dans cette frénésie qui commence toujours par: « Est-ce que tu veux jouer à Dobble? »

kings_gold_box

Le dernier petit jeu qui a été populaire pendant les vacances est King’s Gold (lien BGG). L’or du roi, si tu n’es pas fameux dans la langue d’Élizabeth II, est un sympathique cousin de Yahtzee avec un poil plus de coup bas, mais autant de « lançage » de dés. L’objectif suit la thématique de pirate: terminé avec le plus d’or dans ses coffres (parce que nous quand on y joue on a chacun un coffre et quelques lingots pour faire plus vrai)! La méthode est simple. Tu relances jusqu’à trois tes dés pour obtenir une combinaison qui satisfait ta cupidité: prendre l’or dans la boîte, voler un autre joueur ou voler le roi). Ça m’amuse beaucoup parce qu’on ne peut jamais savoir qui va gagner et bien souvent, un banal jet de dés va faire exploser la table en jurons / cris de joie et ça, mon ami, c’est généralement une bonne chose.

Connais-tu l'expression anglaise "Jack of all trades, master of none"? C'est tout moi ça! En français ça donnerait à peu près "Touche-à-tout, expert en rien"; traduction tellement libre qu'elle est à la Barbade en ce moment! En passant je m'appelle Emmanuel Simard, mais ça tu devais t'en douter quand même...